Camille Dansou, DG/Soneb : « Nous nous réjouissons de notre collaboration avec la coopération allemande »

Créée en 2003 par décret  N° 2003-203 du 12 juin 2003, suite à la séparation des deux activités Eau et Energie de l’ancienne Société béninoise d’Electricité et d’Eau (SBEE), la SONEB est une société anonyme unipersonnelle à caractère industriel et commercial qui exerce son activité dans le domaine de l’eau potable. Le Programme Eau, Hygiène et Assainissement (ProSEHA/GIZ ) appuie la soneb dans plusieurs domaines. Le Directeur Général de la soneb Camille Dansou lève un coin de voile sur lesdites activités dans une interview accordée à EAU AFRIQUE.

EAU AFRIQUE : En 2017, la Soneb soutenue par le Programme Eau, Hygiène et Assainissement (ProSEHA/GIZ ) a passé avec succès son examen final de certification diligenté par l’organisme international DEKRA certification. Monsieur le Directeur Général de la Soneb, quel bilan peut-on faire de la mise en application des exigences de la certification ISO 9001 version 2015 ?

DG/Soneb : Effectivement en 2016, la Soneb s’est engagée dans le processus de la démarche qualité. Une année après en 2017, nous avons réussi à avoir cette certification. Globalement, j’en fais un bilan positif. Nous avons un service de qualité qui est en place avec des outils de management bien orientés vers des objectifs bien précis avec des indicateurs bien définis et tout un système de remonter et de reporting. Nous avons aussi des actions de renforcement de capacité à divers niveaux, que nous essayons de dérouler avec la coopération allemande la Giz en l’occurrence. Comme je le dis souvent, c’est relativement aisé de monter en altitude, mais une fois en altitude c’est encore plus difficile de se maintenir. Et les normes ISO 9001 ont des exigences. Si vous êtes certifié, vous devez faire de votre mieux pour respecter les exigences de cette norme. En particulier, il y a des mesures régulières qui se font, ce que nous appelons les audits de surveillance. Jusque-là la Soneb a réussi à passer avec grande satisfaction, ses audits de surveillance aussi bien en 2018 qu’en 2019.Nous avons un prochain challenge, celui du renouvellement même du certificat qui va se faire dans une année ou deux maximum. Nous devons maintenir le cap de la qualité dans toutes nos activités,  dans notre fonctionnement, pour pouvoir réussir ce test qui s’annonce devant nous.

Peut-on affirmer que cette certification a servi de levier au développement de la Soneb ?

Bien sûr. C’est un levier majeur pour doper la performance.

Nous allons faire un tour sur le terrain. Des travaux d’installation de détecteurs de chlore résiduel sont actuellement réalisés dans plusieurs stations de la soneb. Qu’est- ce qui justifie ces réalisations ?

C’est une activité importante sur laquelle ProSEHA GIZ  nous accompagne. Lorsqu’on considère  ce que représente le Chlore pour la qualité de  l’eau que nous servons à la population, on ne peut pas se permettre qu’il ait de rupture pour ce produit. Avec l’appui de la GIZ nous avons identifié une première station à Lokossa sur laquelle on a installé le premier détecteur de chlore. Actuellement, nous installons une quinzaine. Nous attendons de réceptionner les 15 appareils qui sont en cours d’installation.

La coopération allemande accompagne le développement du Centre de Formation aux Métiers de l’Eau (CFME).

Oui, bien sûr, la coopération allemande est fortement présente dans le soutien et l’appui de ce centre. Pour  preuve, le bâtiment principal qui est le bâtiment phare du complexe a été réalisé avec l’appui de la coopération allemande. La GIZ nous a accompagné également dans les  réfections des infrastructures existantes, l’acquisition de quelques équipements et tout le contenu de formation. Le CFME se porte relativement bien et nous sommes maintenant dans la dynamique de nous donner une visibilité à moyen et long terme en réfléchissant à un plan de développement.